Le Bosquet se compose d'un ensemble de camps de Baka.


Arrivant de différents campements rattachés aux villages bantous voisins, ils forment des quartiers distincts, chacun gardant le nom du village d'origine, possédant sa propre hutte de réunion, et s'organisant socialement autour d'un chef de famille.


Le Bosquet s'étend sur environ 8 km d'est en ouest le long de la route de Lomié à Messok.
Les quartiers environnant la mission catholique sont très proches les uns des autres, tandis que d'autres sont séparés par de vastes étendues de forêts et ressemblent aux camps rattachés aux villages bantous.

Les Baka du Bosquet ont gardé une vie semi-nomade, quittant le village pour des campements forestiers à certaines périodes de l'année pour récolter divers produits (poissons, mangues) et parfois pour des expéditions de chasse ou de cueillette à tout moment de l'année.

Le régime Baka est basé sur le manioc, la banane plantain, les bananes des plantations, les légumes (feuilles, noix, racines, fruits) et les champignons ainsi que la viande de brousse de la forêt. Le poisson est plus commun pendant la saison sèche (février). L’huile de moabi et la mangue sont récoltés et transformés pendant quelques mois à partir de la petite saison sèche (juin) et différents types de miels sont disponibles à partir de la saison des pluies (octobre).

Les activités de chasseurs-cueilleurs sont complétées par un travail dans leur propre champ ou ceux des bantous. Quand ils gagnent un salaire d'ouvrier agricole (champ voisin bantou, scierie clandestine, chercheurs), les Baka achètent des arachides et du macabo. Il n'y a aucun enregistrement de changement majeur dans ces activités depuis la fondation de Le Bosquet, à l'exception de l'arrivée d'alcool bon marché à la fin de 2010.

Le travail effectué par les Baka du Bosquet diffère selon le sexe comme dans toute autre communauté Baka. Seuls les hommes sont impliqués dans des activités supplémentaires autres que celles spécifiques aux Baka, telles que la main d'œuvre agricole et le travail pour les entreprises forestières. Le travail agricole est confiné aux champs proches de la localité et n'exige pas que les hommes s'absentent pendant des jours. Il est habituel pour les Baka d'aller travailler et de revenir tous les jours. Cette situation n'a pas changé au fil des ans.


En 2009, un projet de mine de cobalt, lancé il y a quelques années, semblait devoir apporter des changements majeurs à la zone. De vastes zones forestières ont été défrichées près de la localité du Congo (~ 30 km du Bosquet). La société minière, Geovic, a lancé divers types de projets pour atténuer les impacts miniers dans la région. Lorsque la crise de 2008 a provoqué une chute des prix du cobalt sur le marché international en 2010, le projet a été abandonné.

La route reliant Le Bosquet au Congo a été fermée en 2013 en raison de l'empiètement de la forêt. (La situation à ce sujet a récemment évolué, le prix du cobalt atteignant des sommets. LM)

Probablement l'effet le plus important des activités politiques au Cameroun sur Le Bosquet a été la mise en place de bornes autour de la communauté forestière du Bosquet en 2009. Il semble que Le Bosquet est devenu la seule communauté forestière au Cameroun attribuée à un groupe de pygmées Baka, grâce au travail des religieuses qui s'occupaient de toutes les démarches administratives. Cependant, cela signifie que toutes les autres communautés Baka qui n'ont pas revendiqué les mêmes droits fonciers dans le délai prescrit pourraient être privées de leurs terres si un jour le gouvernement central décidait d'en prendre possession.

Les registres de naissance avec les deux parents identifiés sont disponibles de 1980 à 1983 et de décembre 1987 à aujourd'hui.


Des données démographiques avaient été conservées dans les années 1960 et 1970 par le père Dhellemmes, qui a vécu et voyagé dans la région. Dhellemmes a construit une énorme base de données à partir de fiches individuelles identifiant les personnes par liens familiaux et claniques, y compris un grand nombre de Baka vivant dans la région du sud-est du Cameroun.

 

Les religieuses ont utilisé ces fiches pour fournir des cartes d'identité aux premiers habitants du Bosquet, une stratégie qui nous a permis de déterminer les âges exacts d'un sous-groupe de personnes d'environ 50 ans et plus.


Les âges ne sont pas connus pour toutes les personnes vivant au Bosquet. Les religieuses encouragent constamment les Baka à déclarer les naissances.

En raison de la structure résidentielle fluide, de nombreuses familles vivent au Bosquet pour une courte période, tandis que d'autres peuvent avoir vécu dans un camp forestier au moment de la naissance et avoir oublié de déclarer formellement le bébé plus tard dans le recensement.

Fernando Ramirez Rozzi
18 Juin 2018
Proceedings of the National Academy of Sciences
(comptes-rendus de l'Académie nationale des sciences des États-Unis d'Amérique)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Entre Sumba qui vit à Bitouga au nord du Gabon, Djéno qui est née au Congo et Kalo qui habite à Moangue-le Bosquet à l'est du Cameroun, existent des liens familiaux, claniques.
 
Leurs esprits sont liés par la même forêt, un mode de vie commun, le même ostracisme subit aussi.

Dans une vie, un pygmée parcourra un espace limité. Il lui faut 1 km2 par individu pour se nourrir, vivre, se soigner.
Dans cet univers de rivières, d'arbres et de plantes peuplé d'une faune innombrable, il y naîtra, il nomadisera, il aimera puis, un jour il y mourra.

La vie change. Les pistes percent cet espace encore vierge parfois. Les nations détestent les populations nomades.
Sur toute la planète.

Aucun d’entre eux ne peut se représenter le monde dans lequel il vit. Son propre pays dont il est citoyen, son continent, les océans, le Grand Monde.
 
Alors on sédentarise. Villages, écoles parfois, dispensaires plus rarement. Et carte d'identité. Fondamentale

Les exploitations forestières ouvertes à l'est ont créé des pistes pour la circulation des grumiers, monstres de 40 tonnes, transportant d'énormes billes de bois.
 
Voitures héroïques, motos... C’est une route.
 
Tout au long, de multiples villages s’ancrent en bordure. L’habitat ici ne sépare pas vraiment la communauté pygmée de la communauté non pygmée. Ils échangent beaucoup de biens, et même de temps en temps quelques gènes. Partout en fait, la route constitue l’avenir.

Là se regroupent les pygmées « dos à la forêt, face à la ville ».

C’est au bord de la route que circulent les gens. Si l’on a un gibier à vendre, c’est au bord de la route que l’on va se mettre pour attendre qu’une voiture vienne l’acheter. Si on veut envoyer ses enfants à l’école, si on veut aller au dispensaire...Il faut être sur la route.

Pourtant, les pygmées visibles en bord de route ne représentent qu’une fraction de ce qui se passe en réalité. Il y a des portes derrière les maisons, qui s’ouvrent sur la forêt.

Les Pygmées Baka regroupent plus de 40 000 personnes au sud-est du Cameroun où ils sont majoritaires sur un vaste territoire de forêts...

5 jours par semaine ils sont en forêt ou dans leurs champs qui sont à l’écart.

Sur un long ruban de 60 km de pistes, on peut estimer la présence de 4 000 Baka de Lomié à Messok.

Laurent Maget

Musée de l'Homme - octobre 2018