Dos à la forêt / face au grand monde, le village de Moangue le Bosquet regroupe plus de 800 Pygmées Baka depuis près de 50 ans,

situation unique pour ce peuple de chasseurs_cueilleurs

 

 

 

 

 

Une génération de jeunes Pygmées s’y affirme en pleine lumière, de la brousse à l’école, en survêtement et tongs fluo...

Ils vivent aujourd'hui un monde totalement inconnu de leurs ainés. Peuvent-ils s'y intégrer ? Culturellement métisses et pourtant condamnés à la piste dans une insoluble discrimination...

Fatale pygmitude.
Le cœur du film est là, loin de l’imagerie romantique....

- nuit en forêt
00:00 / 00:00

Cinéaste Anthropologue au Musée de l'Homme, je filme depuis 15 ans l'évolution de ces Pygmées Baka qui inventent un nouveau mode de vie pour leur peuple.

Laurent Maget

Laurent Maget_juin 2019

Laboratoire Eco_Anthropologie

CNRS / Muséum National d'Histoire Naturelle

Dpt Homme_Environnement

Site du Musée de l'Homme _ Paris

  • Facebook Social Icon
  • YouTube Social  Icon
logo-MNHN.jpg

Le récit débute au cœur de la brousse, dans l'est du Cameroun

En 1970, Soeur Marie-Albéric,

la cinquantaine au caractère bien trempé,

invite les Baka vivant dans les camps

rattachés aux villages Bantous à déménager

dans un lieu vierge pour y fonder un Village

 

Pour la première fois, ils ne seraient pas dépendants des Grands Noirs
 

 

Kalo, à l’époque jeune Baka de 16 ans lui fait rencontrer les chefs des campements puis devient son guide. Avec ces deux personnages majeurs, nous découvrons simultanément :

  • le parcours d'une sœur peu banale et son arrivée dans un                               Cameroun en pleine rébellion,

  • la découverte des blancs par les Baka,

  • la création d'une sorte de ville à l'échelle des pygmées,

  • le bouleversement des pratiques sociales de chasseurs-cueilleurs,

  • l'émergence d'une génération aux savoirs métisses, habitée d'horizons flous

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le récit nous fera parcourir un siècle de l'histoire récente des Pygmées Baka, des premiers colons allemands aux industries forestières et minières.


Le semblant de sécurité que procure la mission, la modernité peut le détruire en un clin d'œil.


Quand la mine de Cobalt, sera exploitée à quelques Kilomètres du Bosquet,  des milliers de travailleurs afflueront de toute l'Afrique. 

Il faudra les fournir en « viande de brousse », au risque de faire disparaître la ressource. Venant de loin et sans leur famille, ils chercheront des femmes...


Que deviendra le village du Bosquet dans un futur proche ?